Derniers articles

  • L’inhérence en droit international

    28 septembre 2015

    Inhérence : « Caractère de ce qui est inhérent », nous dit le Nouveau Petit Robert, merci. Inhérent : « Qui appartient essentiellement à un être, à une chose, qui lui est joint inséparablement. », éclaire le même dictionnaire. C’est peut-être pourquoi l’adjectif est plus employé que le substantif. On peut ajouter : qui possède par ailleurs une existence distincte et ne se confond donc pas avec l’être ou la chose en cause. La mort est ainsi inhérente à l’homme, mais le spectre de la mort est beaucoup plus (...)

  • Les murs et le droit international

    28 septembre 2015

    Le thème retenu par les organisateurs pour le présent colloque est pleinement d’actualité. En même temps on ne saurait ignorer sa profondeur historique. Il est incontestablement juridique, mais il demande à être replacé dans un contexte plus large. Les diverses communications et interventions se sont au demeurant situées sur différents registres, et leur variété est davantage celles de leurs approches que de leur objet. On a évoqué les aspects sémantiques, géopolitiques, géostratégiques des murs, tout (...)

  • Le XXe siècle et les registres de la démesure

    28 septembre 2015

    « Le temps », écrivait Jean Cocteau, « est de l’éternité pliée ». Formule séduisante mais inexacte puisque l’éternité nie le temps et ne l’allonge ni ne le plie. Il n’en demeure pas moins qu’il existe des plis du temps, non pas tant ceux de la chronologie ou de la mesure du temps que ceux de l’historien ou simplement de ceux qui le vivent. Ces plis ajoutent une dimension qualitative, un sens de la période et du moment au parcours monocorde de la flèche du temps. C’est en quelque sorte une variante (...)

  • La Charte des Nations Unies interdit-elle le recours à la force armée ?

    28 septembre 2015

    On peut partir de quelques observations préliminaires, quelques évidences qu’il convient de rappeler :
    L’importance de la Charte dans la vie internationale, particulièrement du Conseil de sécurité, puisque le but principal de l’ONU est le maintien ou le rétablissement de la paix et de la sécurité internationales, considérées comme un bloc.
    Il existe cependant dans la Charte deux conceptions différentes de l’ensemble. Elles permettent de distinguer, intellectuellement et juridiquement, la paix d’un (...)

  • Renforcer les obligations juridiques contre la prolifération nucléaire des acteurs non étatiques

    28 septembre 2015

    Lorsque le TNP a été conclu, en 1968, l’idée que des groupes non étatiques pourraient disposer de l’arme nucléaire, ou au minimum de matières fissiles utilisables de façon hostile n’a pas été ignorée, mais elle a été considérée comme une hypothèse qui n’était pas d’actualité. La prolifération nucléaire était envisagée comme une entreprise qui, à terme prévisible, ne pouvait provenir que d’Etats, en raison des investissements humains, technologiques, industriels qu’elle mobilisait, en raison également des objectifs qu’elle pouvait poursuivre, et qui relevaient de défenses nationales ou d’affirmations politiques. En même temps, les problèmes soulevés par les risques de prolifération appelaient également des réponses interétatiques, dans la mesure où seuls les Etats pouvaient, juridiquement et pratiquement, accepter, exécuter et appliquer des mesures de non prolifération nucléaire...

Dernières brèves

  • Relations Internationales, Montchrestien, 2011

    Les relations internationales restent dominées par les rapports entre États et par les rapports de puissance entre eux. Droit international, organisations internationales sont des instruments pour leur coopération et pour leur compétition. Celles-ci conditionnent tant les problèmes de la paix, politiques, économiques, culturels, que les questions de sécurité, les doctrines stratégiques, les atteintes à la paix et le règlement des conflits armés.

    Des acteurs non étatiques – firmes transnationales, ONG, médias, mais aussi groupes criminels, terroristes... – interviennent également dans les relations internationales. Ils le font de façon intermittente et subsidiaire, même s’ils contribuent à définir les priorités de la société internationale et si parfois ils concurrencent, voire défient les États.

    Transformations et constantes de la société internationale, structures et ruptures sont les axes dominants du présent ouvrage. La puissance, qui ne se confond ni avec la force ni avec la violence, est un principe organisateur des relations internationales. Mais le déficit de puissance qui les caractérise davantage est leur principe désorganisateur. Il explique que, par-delà la rhétorique de la mondialisation, nombre de problèmes internationaux restent ouverts, voire sans solutions rationnelles prévisibles.

    Cet ouvrage est destiné aux étudiants, experts, universitaires et plus largement à tous ceux qui s’intéressent aux défis de notre temps, internationaux par nature.

  • Un monde en miettes, La Documentation française, 2010

    Cet ouvrage constitue une synthèse des dossiers publiés dans Questions internationales au cours des sept dernières années. Il aborde de façon thématique les principaux domaines des relations internationales, dans une analyse pénétrante et rigoureuse. Un regard souvent décapant sur des situations géopolitiques revisitées.
    Le détail du sommaire se trouve sur : le site de la Documentation française

  • Droit International Public, Jean COMBACAU, Serge SUR, Montchrestien, 2010

    Ce manuel traite de l’ensemble des questions essentielles du droit international : éléments de formation et techniques de réalisation, États, organisations internationales, sujets de droit interne, droit des espaces, responsabilité et droit du contentieux, droit de la paix et de la sécurité… Il présente le droit international comme le voient ses deux auteurs : sous les espèces d’une discipline technique exigeante et qui, loin de se cantonner dans la régulation des relations interétatiques, gouverne désormais dans une large mesure les conduites des particuliers.

    Ouvrage couronné par l’Institut de France (Académie des Sciences morales et politiques, Prix Limantour 1995 pour la première édition).

  • International Law, Power, Security and Justice, Hart Publishing, 2010

    These collected essays deal with the evolutions and immutabilities of international society and international law during the last 25 years, a period during which these fields of study have undergone many changes. The starting point is that far from operating at different levels or being in conflict, international law and politics are closely intertwined. The book addresses the many different aspects of international law : the role and concept of the State, and the position of States in the international system ; the bases, principles and evolution of public international law ; questions of international security that still govern international relations ; classic and current systems of peace and security maintenance ; the standing, role and actions of the UN Security Council ; arms control and limitation of armaments ; unilateral uses of armed force and the legality of war ; and humanitarian law and international criminal justice.
    The perspective of these essays is not a theoretical or dogmatic vision of international law and politics, but rather they are based upon the practices of States in the international arena, and the ways in which the guiding legal rules are elaborated and implemented.
    These textes have been selected from Professor Sur’s various books and numerous articles on international law and relations.

  • Plaisirs du Cinéma, le monde et ses miroirs,
    France-Empire Editeur,
    2010

    Présentation

    Le cinéma est un art populaire, de distraction, d’émotion, d’enchantement. Il constitue aussi une grille pour comprendre la perception qu’a une société d’elle-même et de son environnement. Au-delà de l’imaginaire, le cinéma offre le miroir et l’intelligence des grands mouvements politiques et sociaux. Il leur ajoute les dimensions dramatiques et esthétiques qui en humanisent et en magnifient les enseignements.

    Le présent livre a retenu certains des grands films qui ont marqué leur époque. Il confronte leur imaginaire avec les situations ou événements auxquels, de façon ostensible ou latente, ils renvoient. À l’instar des grands romans du XIXe siècle, le cinéma éclaire et caractérise son temps. Il n’est pas seulement incarné par des grands artistes et cinéastes. C’est un réservoir inépuisable, mobilisant métaphores et mythologies au service d’une interprétation de notre époque. Ce livre avec ses références cinématographiques y compris en DVD, aidera les millions de spectateurs qui voient ces films (et de plus en plus à domicile) à mieux se comprendre et comprendre leur époque.

    - Acheter l’ouvrage en ligne

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © c.bavota, Juan Gordillo sous Licence GPL